• Des chats en marshmallow pour vos boissons

    Bonjour mes petits fennecs des neiges ! 

    Je ne pense pas vous apprendre quoi que ce soit en disant que les Japonnais excellent quand il s'agit de mettre au point des choses mignonnes (presque autant que pour produire des contenus très... étranges). C'est sans doute pourquoi je n'ai même pas été surprise lorsque j'ai appris le pays d'origine de ces adorables chats en marshmallow, à mettre dans les boissons chaudes ! 
    Le principe est très simple : vous mettez le chat (ou pa papatte) dans votre café/thé/chocolat, et non seulement ce sera adorable, mais en plus, cela laissera un motif dans votre boisson lorsqu'il aura fondu, comme une sorte de Latte art pour tous. En attendant que cela fonde, vous n'avez plus qu'à dégainer votre appareil photo ou votre smartphone pour prendre des dizaines de photos absolument kawaii. Même si le site indique que cela est aussi possible avec du thé, j'avoue avoir quelques doutes quant au goût que cela peu avoir au final... 

    Malheureusement, comme avec beaucoup de produits japonais, ils ne sont pas disponibles à la vente en France ou dans n'importe quel pays étranger, en fait. Le site avait - tardivement - mis en place un site pour les vendre en dehors du Japon et cela s'est vendu comme des petits pains. Néanmoins, si vous avez des techniques pour vous faire expédier des produits au Japon (cela est possible : le site vous donne des pistes, en anglais uniquement), ils sont disponibles sur le site du vendeur (en japonais uniquement), pour la modique somme d'entre 380 yens et 1080 yens (entre 3 et 10€), en fonction des produits. À noter que devant le sucès du produit, d'autres animaux sont disponibles à la vente, comme ce qui ressemble à une otarie kawaii !

    Des chats en marshmallow pour vos boissons Des chats en marshmallow pour vos boissons Des chats en marshmallow pour vos boissons Des chats en marshmallow pour vos boissons 

    Toutes les images proviennent du site qui vend les articles. 
    Akari~

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Snowball 
    L'arrière plan de mon blog, en plus flippant

    Bonjour mes petits fennecs des neiges ! 

    Aujourd'hui, je vais vous parler d'un des jeux auquel je joue depuis un moment maintenant : Neko Atsume. Si vous êtes pas mal sur Twitter, vous aurez sans doute déjà entendu parler de ce jeu qui est bizarrement devenu viral (ne me demandez pas pourquoi, je n'en ai aucune idée). Si ce n'est pas le cas, je vous propose une occasion de vous rattraper.

    NekoAtsume est un jeu pour mobile (il est disponible sur Android et Iphone) d'origine japonaise qui possède une version anglaise.  Le but ? Ne pas rester sur l'écran du jeu... Mais n'aller pas croire que ce n'est pas addictif pour autant. Dit comme ça, le fonctionnement peut sembler un peu flou : il n'en est rien. En gros, vous vous connectez sur le jeu, vous déposez de la nourriture (il en existe différente sortes) ainsi que des goodies pour que des chats puissent venir se divertir dans votre jardin. Le but est de voir le plus de chats différents possible afin de remplir votre Catbook, une sorte de pokédex félin dans lequel sont inscrit les différents chats que vous avez croisés, avec leur nature, leurs jouets préférés et leur niveau, ainsi qu'une photo d'eux si vous en avez prit. 

    Frosty

    On commence le jeu dubitatif, on finit trois mois plus tard a essayer de collecter tous les mementos, de petits objets que les chats vous laissent lorsqu'ils sont venus un certain nombre de fois faire un petit tour chez vous. Évidemment, le jeu se termine de façon officieuse lorsque vous avez aperçu tous les chats et eu tous leurs mementos. Mais cela n'est pas si simple : il faudra auparavant avoir attiré chez vous tous les chats spéciaux, qui ne viennent que dans des goodies spécifiques, et qui requièrent parfois de jouer sur les combinaisons goodies/nourriture, certaines sortes de pâté attirant des chats plus rares que d'autres. Certains sont même très très trèèèès durs à avoir : en trois mois de jeu, je n'ai toujours pas eu l'occasion d'apercevoir le mythique frosty, alors que j'ai eu pendant un moment le bon coussin à l'extérieur (j'ai renoncé depuis, je verrais ça quand j'aurai eu de nouveaux mementos). D'autres chats ne sont pas considérés comme "spéciaux" mais sont tellement capricieux qu'ils peuvent parfois être durs à obtenir, comme Peach, bien que sur mes deux téléphones je n'aie eu aucun problème pour l'apercevoir (ce qui ne fut pas le cas de nombre e mes connaissances)... Et si vous êtes bloqués, il existe de nombreuses pages qui vous expliquent comment obtenir les différents chats spéciaux/difficiles. 

    Si vous avez besoin de bonnes raisons pour jouer ou recommander ce jeu, en voici quelques unes : c'est très sympathique, peu frustrant (à moins que vous vouiez une haine absolue envers Tubbs, le chat qui vient manger toute la nourriture), et il a les avantages d'être très peu chronophage tout en apportant une dose de choupitude dans votre journée. 

    Voilà voilà, c'est tout ! Moi je n'ai pas regretté mon téléchargement, et mes chats préférés sont Saint Purrtrick et Chairman Meow. Et vous ?

    Saint Purrtrick Chairman Meow 
    SaintPurrtrick et Chairman Meow

    Akari
    Sources images : NekoAtsume : How to get rare cats guide

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    14 commentaires
  • Bonjour mes petits fennecs des neiges !

    Qu'on soit d'accord : le dimanche est une journée un peu pourrie, à sa manière. Comme le vendredi est un pré-samedi, le dimanche est un pré-lundi et donc il est fort probable que vous vous retrouviez ce soir à ne pas avoir fait grand chose de productif et à déprimer parce que demain il faudra à nouveau vous levez. Sauf si vous faites partie de la zone qui est en vacances, et dans ce cas, il est fort probable que je vous haïsse de manière tout à fait assumée. 
    Du coup, je vous ai fait un petit récapitulatif de génériques (opening et endings) d'animes qui sont tellement niais et joyeux qu'il vous sera impossible d'être triste en les écoutant. Ou alors vous passez vraiment une très mauvaise journée ou avez le moral tellement bas qu'il a même déserté vos chaussettes, et dans ce cas vous pouvez toujours m'envoyer un petit message si vous avez besoin de parler ! :3 

    #1 - L'ending de Joshiraku 

    Joshiraku 女子落語 ED from WinnieKuma on Vimeo.

    L'ending de Joshiraku est une des chansons qui porte le mieux son titre : Egao (Sourire en Japonais). Il respire tellement la joie de vivre que je suis à peu près sûre qu'il peut dédramatiser n'importe qu'elle scène... Cependant je n'ai pas essayé sur un certain moment que les fans de dw connaissent bien. L'anime en lui-même est d'ailleurs assez amusant, même si certaines références nous échappent à nous les occidentaux. 

    #2 - Les openings de Nichijou

    Si vous passez une journée de merde, un épisode de Nichijou peut fortement contribuer à une remontée éventuelle de votre moral - si vous n'avez pas le temps, le générique est suffisamment joyeux pour tenir loin de vous les remontées de feels éventuelles. Si si, je vous assure, il peut décrédibiliser n'importe quoi, même Attack on Titans. J'en parlais d'ailleurs il n'y a pas si longtemps dans cet article.

    #3 - L'opening de Lucky Star

     

    Motteke ! Sailor Fuku est un des openings les plus joyeux et idiots que je connaisse. Il était donc évident que je le cite ici ! Si jamais vous demandez ce qui se passe à l'écran, c'est normal... Mais vous devriez vraiment voir l'anime. Promis, je vous en parlerai un jour.

    #4 - L'ending de Blue Exorcist 

    Bon, un dernier pour la route : Take off de 2pm, qui est l'ending de Blue Exorcist. Cette chanson arrive toujours à me mettre de bon humeur ! :D 

    Et toi, quels sont les chansons qui te mettent de bonne humeur pour commencer/finir la journée ? J'en ai plein d'autres, mais elles ne sont pas en rapport avec le thème de l'article d'aujourd'hui... Quoi qu'il en soit, on se retrouve demain pour un nouvel article !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  • Aujourd'hui, j'ai mis hors ligne mon overblog 

    Bonjour mes petits fennecs ! 

    Voilà, aujourd'hui, j'ai commencé un étape importe : presque 4 ans après mon changement de plateforme, je mets mon overblog hors-ligne. Je sais, j'aurais ou m'en occuper avant, mais j'aimais bien savoir que mon ancien blog était toujours disponible à cette adresse, intact. Je suppose qu'il aurait été plus simple de tout supprimer (il suffit de cliquer sur un bouton) que de tout mettre hors-ligne manuellement, cependant ça a été difficile pour moi de m'y résoudre... Après tout c'est mon premier "vrai" blog avec un sujet bien défini, c'est celui que j'avais créé sans penser qu'il durerait et qui aura finalement battu tous mes records de longévité (5 ans c'est quand même respectable). 

    Une page se tourne, certes. Lentement, puisqu'il va me falloir du temps pour mettre plus de 100 articles hors ligne, un par un, overblog ne disposant pas de fonction permettant de mettre un mot de passe uniquement pour une catégorie ou autre (c'est là que je me rends compte qu'on est bien lotis sur Eklablog mine de rien). Leur interface très peu pratique, longue à charger ne facilite pas non plus la tache : il m'aura fallu un moment pour trouver où étaient les articles, etc. Puis j'avoue que ça me fait un peu de peine de le "supprimer"... Mais bon, pas le choix : les pages en doublon ça tue le référencement et si je veux qu'on puisse me trouver...

    À l'époque, j'avais mes raisons pour quitter la plateforme (que je trouve toujours valides aujourd'hui) : le manque d'options de personnalisation pour le thème, la difficulté à mettre en page ses articles de manière convenable, l'omniprésence des options payantes, la publicité à outrance, la communauté désertique... Avec le recul, je ne regrette pas d'être passée sur Eklablog, qui m'a permis de donner un nouveau souffle au blog et de profiter d'une expérience de blogging plus remarquable. Même si à ce moment là, ma boulimie d'article (j'en écrivais parfois jusqu'à 3 ou 4 par jours, je partageas vraiment tout ce que je trouvais) c'était déjà calmée. 
    Je sais que quelques aspects qui faisaient le charme de la plateforme d'Eklablog sont aujourd'hui envolés : certaines fonctions sont devenues payantes, la publicité va ici aussi devenir reine, les problèmes financiers ont éclaté au grand jour. Cependant j'espère pouvoir rester encore un peu, et ne pas avoir a effectuer une nouvelle mise hors ligne d'articles dans les mois qui viennent. 

    Bref, j'avais une bonne raison de faire cette article au départ, des choses à dire. C'est un peu parti en cacahuètes, désolée. En tous cas, une page est définitivement tournée pour ce blog... Il est donc temps d'en écrire de nouvelles ! J'espère que j'aurais du temps pour vous spammer à loisir dans les mois à venir !

    Akari

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    15 commentaires
  • Nichijou, une vie pas ordinaire

    Selamat pagi mes petits fennecs des neiges ! 

    Aujourd'hui, pour contraster avec la grisaille du temps extérieur (je comprends pas on est dans le Sud pourtant...), j'ai décidé de vous parler d'un petit bijou bien wtf qui saura réchauffer vos coeurs : Nichijou. Je sais, vu comme ça, il ne paie pas de mine... Mais c'est une véritable perle à laquelle vous ne regretterez pas de vous êtres intéressés. 

    Donc Nichijou, de quoi ça parle ? En gros, on y suit le quotidien "ordinaire" (c'est d'ailleurs la définition de nichijou) de plusieurs personnages dont trois collégiennes, du nom de Yuko, Mio et Mai ainsi que de  Nano, un(e) robot créée par le Professeur (Hakase en vo) et de leur chat savant Sakamoto. Cela n'est qu'une partie des personnages, tant les "minis sections" de cette anime sont nombreuses. Car c'est aussi ce qui fait le charme de cet animé : non seulement il comporte des running gag des plus plaisants, mais en plus il se décompose en plusieurs "tranches" pendant lesquelles ont suit la vie de personnages différents, ce qui est utile si certain ne nous font pas rire... D'ailleurs, je les aime presque tous, sauf le passage chelou avec les hommes aux têtes d'oeufs. Si cela vous paraît bizarre, ne vous inquiétez pas : on s'y habitue. C'est juste que cet anime joue sur le code du très bizarre, du déplacé pour faire rire et ça fonctionne, en plus de nous changer de notre humour à l'occidentale.

     
    J'ai jamais compris pourquoi c'était cette scène plus qu'une autre qui était devenue culte, mais bon...

    Bref, cela ne sert à rien que je m'éternise, car le principal est dit (wow cette transition). Néanmoins, je vous assure que cet anime vaut le détour : j'étais moi-même septique au début, mais après deux ou trois épisodes à se demander ce qu'on est en train de regarder (car c'est tellement WTF qu'il y'a de quoi se poser des questions !), je suis vite tombée accro. Mine de rien, cet anime est un ovni, une véritable perle qu n'a pas été licenciée dans nos contrées et qui n'est pas connue du grand public amateur d'anime en général, ce qui est assez dommage... Si vous voulez une preuve, mes deux voisines d'amphi m'ont demandé de leur noter le nom de ce que je regardais après avoir suivi distraitement un épisode derrière mon épaule. Alors n'attendez pas une minute et lancez-vous dans cet anime, dont le potentiel memesque est très grand. Si jamais vous en doutez, vous pouvez toujours aller faire un tour sur cette chaîne, qui propose de nombreux extraits des meilleures scènes de l'anime [sous-titres en anglais uniquement]. Si vous avez plus de temps à perdre, je vous ai aussi préparé une petite galerie d'images dédiée à l'anime !

    Sur ce, je vous laisse, vous pouvez déposer un petit commentaire sur l'article si vous aussi vous avez vu cet anime ! 
    Si vous aimez bien les tranches de vie et les animes rigolos, "Faites une pause thé avec K-On !" pourrait aussi vous intéresser.
    Akari.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires